Les Gangs De Jamaïque, États Des Lieux 2012

Le phénomène des gangs de rue s'amplifie à Montréal, touchant 10% des jeunes. Grâce au projet Mobilis, le Centre jeunesse de la Montérégie intervient malgré de plusieurs adolescentes et adolescents qui sont témoins, victimes ou affiliés à des gangs de rue. Les intervenants du service sont spécialisés dans la capacité du phénomène et soutiennent le développement et la mise en place des meilleures pratiques pour contrarier les impacts sur les jeunes.

Christopher "Dudus" Coke, l'ancien Don du quartier "troupe" de Tivoli Gardens, à Kingston Couchant (en deçà obédience du parti politique du JLP). A la tête du plus puissant gang (ou posse) de la Jamaïque, le Shower Posse, Coke menait ses affaires avec discrétion. Néanmoins remarqué en 2010, il fait l'objet d'un mandat d'extradition vers les USA que le Premier Ministre JLP de l'époque fait tout pour faire annuler. Dudus a finalement été arrêté après 3 jours d'affrontements et plus de 70 morts et vient d'être condamné à 23 ans de prison aux States.gangs de rue montreal

Ces définitions et critères ont été check here établis par le Service de maréchaussée de Montréal qui a la vigie provinciale en matière de gangs de rue. Les critères d'adhésion sont ceux établis par le Service de Renseignement Criminel du Québec (S.R.C.Q.) en 2004 pour guider les corps policiers. Ils sont généralement similaires urbi et orbi au Canada et utilisés dans le but de faciliter la tâche des chambres canadiens. En 2006, il y avait 10 gangs majeurs et une trentaine de gangs mineurs qui regroupaient 500 personnes laquelle les Bad Boys, Black Dragons, Bo-Gars, Bo-Juniors, Brooklyn Action, Crack Down Posses, Crazy Adolescent, Delinquant, Dope Squads, Down Town, Goodfellow, Krazz Brizz (KB), Kuatro Kuantos, Ruffriders, West Coast Criminals, Z-Mafia.gangster

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *